programmation

  • Le dernier tabou. Les « Harkis » restés en Algérie après l’indépendance.

    Avec PIERRE DAUM journaliste.
    Il a notamment collaboré à plusieurs journaux dont Libération, Le Monde, L’Express, La Libre Belgique, La Tribune de Genève…


    Un sujet gênant
    Parmi les sujets conflictuels liés à la guerre d’Algérie, le sort que la France a réservé aux anciens supplétifs "musulmans" est certainement celui qui provoque aujourd’hui les plus vifs débats. Or, dans ces controverses, la question des harkis restés en Algérie sans y être tués est complètement absente. Peut-être parce qu’elle constitue, en France comme en Algérie, une gêne beaucoup trop profonde. Gêne pour les harkis rapatriés et leurs amis d’admettre qu’il était peut-être possible de rester en Algérie. Gêne encore plus grande pour la société algérienne de reconnaitre l’ampleur du nombre d’Algériens qui se trouvaient du côté de l’armée française honnie. Et d’accepter que ces harkis et leurs descendants constituent une partie non négligeable de la population actuelle.


    Oppression coloniale
    Ceux qu’on appelle aujourd’hui les "harkis" sont le produit d’une occupation coloniale qui s’est étendue sur 132 années. En Algérie, comme dans ses autres colonies, l’Etat français s’est toujours appuyé sur certains éléments du peuple colonisé afin d’exercer son pouvoir sur l’ensemble de la population. D’où le très grand nombre et la très grande diversité de tous ceux qui ont participé au système d’oppression coloniale : militaires (spahis, goums, enfants de troupe, tirailleurs, soldats et officiers de carrière, appelés au service militaire, supplétifs, etc.) ; ou fonctionnaires dotés d’un pouvoir répressif (caïds, aghas, bachaghas, gendarmes, policiers, membres du corps préfectoral, etc.).


    Idées reçues
    Si on y intègre leur famille, on obtient un chiffre supérieur au million de personnes – sur une population de 9 millions d’Algériens en 1962. Dès lors, un livre sur les "harkis" (supplétifs et autres) restés en Algérie est non seulement d’une grande originalité, mais force toutes les parties à remettre en question leurs idées reçues. Que se soit sur leur nombre, les motivations de leur engagement, ou leur sort au moment de l’indépendance.


    Une longue enquête
    Pendant deux années, Pierre Daum a multiplié les séjours en Algérie, parcourant en bus et en voiture des milliers de kilomètres, munis de quelques vagues contacts disséminés aux quatre coins du pays – le plus souvent dans des villages reculés du bled (la campagne) et du djebel (la montagne). Au terme de cette vaste enquête totalement inédite, il a réussi à recueillir le témoignage d’une soixantaine d’anciens "harkis" qui n’avaient jusqu’alors jamais raconté leur passé. Confrontant ces récits à différents documents d’archives, ainsi qu’à quelques témoignages d’anciens moudjahidine qui n’avaient jamais parlé du sort réservé aux "harkis", le livre dévoile une réalité complètement différente de celle racontée jusqu’à présent.
    Des parcours très divers


    En 1962, des dizaines de millier de "harkis" sont rentrés chez eux, sans être véritablement inquiétés. D’autres sont passés par des tribunaux populaires devant lesquels une grande partie réussit à s’en sortir, expliquant n’avoir "rien fait de mal", ou avoir "été forcés par les Français". D’autres, reconnus coupables de violences à l’égard de la population civile, ont été soumis pendant quelques semaines à des travaux forcés. Certains passèrent plusieurs années en prison, avant d’être libérés. En général, seuls les plus coupables (de torture, de viols, d’exactions en toute genre) ont été exécutés. Mais cela n’empêcha pas, en cette période de chaos de l’été/automne 1962, de nombreux crimes aveugles, vengeances sordides, exécutions sommaires d’avoir lieu, sur des hommes bien plus innocents que d’autres.


    Le fardeau de la honte
    Quoiqu’il en soit, la grande majorité des "harkis" retournèrent habiter dans leur village où, laissés vivants, ils subirent cependant différentes formes de relégation sociale : refus d’accès aux emplois de l’Etat (les seuls stables et rémunérateurs) et aux logements sociaux, brimades, stigmatisations, insultes, etc. Aujourd’hui, leurs enfants portent souvent ce fardeau de la honte, vivant souvent d’un seul espoir : que le passé de leur père leur offre un visa pour la France.


    Ultimes victimes
    A travers ce livre, on comprend que l’histoire des "harkis" s’inscrit au cœur d’un système colonial qui opprima le peuple algérien pendant 132 années. Aujourd’hui, un demi-siècle après la fin de l’occupation française en Algérie, ces hommes, leurs épouses et leurs enfants apparaissent comme les ultimes victimes d’un passé colonial dont les plaies ne sont toujours pas cicatrisées, ni en France, ni en Algérie.


    Pierre Daum est journaliste. Il a notamment collaboré à plusieurs journaux dont Libération, Le Monde, L’Express, La Libre Belgique, La Tribune de Genève…
    En 2009, il publie sa première enquête consacrée aux travailleurs indochinois en France. Puis, en 2012, il consacre un ouvrage aux Pieds Noirs restés en Algérie après l’indépendance révélant ainsi une autre page enfouie de l’histoire coloniale française.
    En 2015, il poursuit ses recherches sur le passé colonial de la France en s’intéressant aux « harkis ». Parmi les sujets conflictuels liés à la guerre d’Algérie, celui du sort que la France a réservé à ces « supplétifs musulmans » reste vif. Et, dans cette controverse, la question des « harkis » restés en Algérie sans y être tués est complètement absente, peut-être parce qu’elle constitue, en France comme en Algérie, une gêne profonde.
    Rencontre organisée par AFARA, CARA, Coup de Soleil en Rhône-Alpes, le Forsem et la Maison des Passages.

    Avec le soutien de La Métropole/Ville de Lyon et de la DRAC Rhône-Alpes.

    - Entrée libre


    La Maison des Passages
    44, rue Saint Georges
    69005 Lyon